Du 24 septembre au 7 octobre 2007


La Lettonie s'est imposée 66 à 62 (mi-temps: 44-40) face à la France pour décrocher sa place en demi-finale de l'Euro et par là-même, au moins, son billet pour le tournoi pré-olympique. Les Lettones ont bien entendu profité du désarroi français face à la zone pour assurer son succès surtout en défense. Les Françaises devront, elles, se battre pour finir 5-ème sous peine de voir, comme leurs homologues masculins, les jeux Olympiques de Pékin uniquement à la télévision. Ces Lettones, qui s'étaient imposées sur le fil face aux Belges au deuxième tour (69-66), rencontreront soit la Russie, soit la Lituanie en demi-finale samedi.



Gunta Basko emmène les Lettones dans le top 4 (photo: FIBAEurope/Castoria)
Gunta Basko emmène les Lettones dans le top 4 (photo: FIBAEurope/Castoria)
"Nous avons défendu comme il le fallait. Nous savions que la France avait des difficultés contre une défense de zone", expliquait Anete Jekabsone, sous le coup de l'émotion. "J'en ai la chair de poule. Je ne sais que dire. Nous avons été si fortes et nous sommes restées surtout très appliquées dans ce que nous avions à faire. Il y avait une grosse nervosité dans l'équipe, mais une pression positive."

Entre nervosité et impatience, la première mi-temps voyait deux équipes pensant surtout à défendre leur territoire. La Lettonie menait après le premier quart malgré en effet un 3/11 à 2pts (13-11) devant des Françaises dont les premières tentatives à 3 pts de Le Dréan, Lawson et Dumerc, manqués, avaient insinué ou confirmé le doute dans leurs possibilités à distance et à résoudre leur problème offensif. Les Lettones jouaient la zone, si fatale à la France dans son duel face à l’Espagne au 2e tour. La Lettonie a pourtant connu une sueur froide après moins d’une minute 30 quand Anete Jekabsone, la meilleure marqueuse de l'Euro, sortait grimaçante. "I[J'ai reçu un coup de genou sur le bas de la cuisse, au-dessus du genou droit. C'était une grosse douleur, mais ça a été.]i" Se faisaint soigner sur le banc durant 5mn pour remonter la cuisse droite bandée. Mais Jekabsone bénéficiait aussi logiquement d'une garde rapprochée, aux autres Lettones de prendre leurs responsabilités. Elles finiront à 4 (Tamane, Basko, Jansone, outre Jekabsone finalement) au-dessus de 10pts. "Nous devions le faire et nous n'avons pas eu peur très longtemps, car nous savions de suite que Anete allait pouvoir rejouer et je savais qu'elle n'en serait que plus forte", expliquait après-coup Gunta Basko auteur d'un solide match (17pts, 4 rbds, 6 assists). "Nous avons joué avec une grosse volonté en restant surtout très appliquée. La clé du match fut bien entendu la défense." Les stats offensives pour la France ne parlait pas trop en leur faveur non plus, un 4/11 à 2pts et 0/4 au-delà de ces satanés 6m25 dans le premier quart.

Le match restait extrêmement serré, même si Tare faisait bien 19-16. Le marquoir restait calé quatre minutes 30 durant avec une grosse bataille pour la possession du ballon. Même si Le Dréan plantait deux lancers, ce sont les Lettones qui débloquaient le marquoir via deux bombes de Jansone: 27-18 à 53 seconde la pause. 6. Le Dréan était comptée à 3 fautes (19e), tout comm Emilie Ndongue avant le repos (mais 4 pour Eglite côté Letton). Chaque envoi qui touchait au but vallait son pesant d’or. La France, à côté de ses baskets, se posaient mille et une question: 0/7 à 3pts, 8/20 à 2pts (pour 5/21 pour la Lettonie et 4/10 à 3pts). 28 pts encaissés, c'était peu pour les Françaises, mais 18 marqués, c'était plutôt hors-norme.

Clémence Beikes enfin trouvait l'ouverture à 3pts (même si un premier essai fut marqué en première mi-temps, non compté pour une faute offensive de Dijon). La Lettonie tenait le choc devant les efforts de Sandrine Gruda (14pts, 5rbds) ou Audrey Sauret (10pts) qui tentaient de sonner la révolte. La France a pu grignoter revenant, surtout aux lancers (avec un 10/12 dans le 3e quart), à 44-40 à la demi-heure.
Tamane, Jansone, Basko se libéraient de leur 'pression' pour porter à 50-40 à 7mn24 du terme. La France restait plongée dans son désarroi et Basko à trois points enfonçait le couteau dans la plaie: 53-40 (34e). Le Dréan lui répondait certes que la France n’était pas encore morte: 53-43. Tamane, deux fois à l'intérieur cette fois portait à 57-43 (35e), Jansone creusait l'écart 59 à 46 à 4mn13 du terme. La France jetait ses dernières forces dans la bagarre pour revenir tout près, mais pas assez que pour rattraper ces Lettones, 6-ème du dernier Euro en Turquie. "Il fallait rester solide à l'intérieur, point fort des Françaises"", expliquait encore Gunta Basko. "En fin de match, nous sommes restées bien dans notre tête. Nous avons pas mal d'expérience et nous savions qu'il fallait rester le plus calme possible et rester fidèles à notre jeu. Pour le basket letton, pour le pays, c'est fantastique, tout ce qui vient, c'est du bonus. Avec le plein de confiance que l'on vient de se prendre, on est capable de tout, même de battre la Russie!"

La Lettonie rencontrera en effet le vainqueur de Russie / Lituanie en demi-finales. La France rencontrera le perdant de son duel pour le premier match sur le chemin de cette 5e place tant convoitée.

Christian Detroz
Rédigé par Christian Detroz le Jeudi 4 Octobre 2007 à 20:26