Accueil
Envoyer à un ami
Partager
Made in Belgium

Sven Van Camp passera la main en fin de saison à Kangoeroes-Boom

Après 6 années au top à la tête de KaBo


Deux fois coach de l'année, vainqueur de 2 Coupes de Belgique en 3 finales et trois fois vice-champions de Belgique, Sven Van Camp a passé 6 saisons à la tête de Kangoeroes-Boom. Le coach a estimé qu'il était temps de passer la main la saison prochaine.



Sven Van Camp passera la main en fin de saison, après 6 années à mener Kangoeroes-Boom au sommet du basket féminin belge. Le coach anversois l'a annoncé à son groupe lundi soir. "Cela devenait un tout petit peu plus compliqué de m'organiser avec mon boulot de directeur technique à la VBL et d'enchaîner les saisons avec les équipes nationales. Et puis 6 saisons, c'est tout de même beaucoup, il est temps de passer le témoin."

Alors qu'approchent les échéances de fin de saison avec une demi-finale retour de Coupe de Belgique face à Belfius Namur (le 19 mars et 8 points à rattraper) et un quart de finale de play-off face à Sint-Katelijne-Waver pour commencer, les 6 saisons à la tête de KaBo pour Sven Van Camp, se seront conjuguées avec 2 Coupes de Belgique en quatre finales et trois finales de Championnat. Avec fierté, mais sans regrets, admet-il.

Avec Gerrit Driessens
Avec Gerrit Driessens
"On ne peut pas avoir de regrets en topsport", explique Sven Van Camp. "On a fait tout ce que l'on a pu au moment où cela se passe. Il y a bien sûr les déceptions de ne pas avoir décroché le titre contre Ieper, il y a eu les finales en Coupe et en Championnat la saison dernière. Mais a contrario, avec un peu de malchance, il pouvait très bien ne pas avoir de finales non plus. C'est le sport. J'ai pris un plaisir énorme avec le groupe, le staff et le club, maintenant il faut se concentrer sur les prochains matches et cette fin de saison."

Avec une formation de Kangoeroes-Boom toujours dans le coup. Même si refaire un déficit de 8 points face à Belfius Namur en demi-finale de Coupe cela reste difficile, KaBo est tout à fait capable dans un très bon jour de réussir l'exploit. "Et en championnat, on sait déjà que ce sera contre Sint-Katelijne-Waver. Il y a déjà le match de la phase classique qui va déterminer qui va être 4e et 5e, puis ce seront les play-off. Ce sera quoiqu'il arrive la grosse ambiance, chez eux, chez nous, une grosse fête pour le basket féminin, pour le basket anversois."

La logique voudrait de continuer avec Gerrit Driessens

Sven Van Camp veut ensuite s'octroyer une pause, une sorte d'année sabbatique, toute relative puisque l'homme veut continuer à oeuvre au sein de ce club de Kangoeroes-Boom auquel sa destinée est associée. "L'objectif est de rester avec les jeunes, les cadettes, la deuxième équipe et pourquoi pas se tourner vers un poste d'assistant."

L'idée tout logique est en effet de poursuivre la saison prochaine avec Gerrit Driessens comme head-coach. "Ce serait la suite logique effectivement", reprend Sven Van Camp. "Je sais que c'est la volonté des dirigeants de discuter avec lui. Je sais qu'il est prêt. Déjà l'an dernier, il était prêt à prendre une équipe et j'ai énormément apprécié le fait qu'il veuille reste encore une saison dans le rôle d'un assistant. Mais il a toutes les qualités pour reprendre le flambeau. Il est très fort, croyez-moi."
De la passion, toujours (photo: Dirk De Vos)
De la passion, toujours (photo: Dirk De Vos)

Deux fois coaches de l'année Basketfeminin en 2010 et 2013

Six années à la tête d'un groupe, c'est énorme dans le giron du coaching au sein de l'élite. Surtout dans une équipe qui veut jouer les premiers rôles et remporter des titres chaque année alors que Namur et Waregem, par exemple, en ont ensemble consommé 10 sur les 5 dernières années.. Sven Van Camp a eu l'énorme capacité de pouvoir faire jouer ensemble des noyaux très fournis, et de systématiquement jouer pour la gagne en fin de saison. "Bien sûr, c'est une fierté. Maintenant, je peux comprendre sans que personne n'ai rien laissé paraître, que six ans, cela commence à être long. J'ai toujours le plaisir de coacher, c'est l'accumulation de toutes mes activités qui commencent à peser. Et je ne recherche pas forcément d'autres challenges ailleurs. Je suis bien à KaBo."

L'allocution de lundi soir en interne n'aura pas duré très longtemps. Le focus doit être tourné sur la dernière ligne droite et donner le maximum.. pour ne rien regretter. Comme toujours.


Lundi 10 Mars 2014




Follow us also on
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram