La Belgique au championnat du monde U17 en France - Toulouse - 16 au 25 juillet 2010

La défaite contre l'Argentine a fait mal à plus d'un titre. Dans les chiffres et le plan de marche, dans l'attitude surtout. Notre consultant, Gérard Beurlet pointe le manque d'audace des jeunes Belges qu'il estime 'capable d'oser beaucoup plus et de prendre leur responsabilité'. Condition sine qua non pour aller plus loin.


Gérard Beurlet: 'oser et prendre ses responsabilités'
Après le résultat détonnant de la Chine qui enfile 92 points à l'Australie empochant une victoire surprise 78 à 92, les trois derniers matches de la Belgique devront coincider avec au minimum un ou deux exploits pour espérer disputer les quarts de finale. La Belgique se replace dans un rôle d'outsider qui lui convient peut-être mieux. A tous les coups, les jeunes Belges doivent dynamiter leur jeu et oser beaucoup plus. "Nous n'avons en effet jamais été dans le tempo du match", analyse Gérard Beurlet à l'issue de la défaite face à l'Argentine. "L'Argentine évolue sans 'grandes', avec un jeu axé sur une rapide transition offensive et utilisant beaucoup le jeu en pénétration. Il y avait deux filles à contrôler (Diaz et Gretter). Elles plantent 37 pts à elles deux sur les 55. Offensivement, nos filles ont peur de prendre leur responsiablité. Il y a une faiblesse dans la transition, et on n'arrive pas à jouer en contre, ce qui donnerait des paniers faciles. Cela ferait beaucoup de bien. On voit toutes les équipes jouer vite et mettre de rythme depuis le début du championnat du monde. Et pour moi, côté belge, la distribution a été très décevante, tant offensivement que défensivement. Elles n'ont jamais su contrôler Getter. Et on perd 19 ballons dans un jeu où l'on voit que l'on manque manifestement de cohésion et où les filles se cherchent de trop. Il y a de bons passages, de bons soubressauts, certes, mais trop courts et trop peu nombreux que pour pouvoir revendiquer quelque chose. On manque singulièrement d'agressivité. Pourquoi ? Est-ce que c'est physique ? est-ce que c'est mental ? Pour le moment, nous n'avons pas cette agressivité, cette force nécessaire. Nous sommes trop gentils. Beaucoup trop gentils. Encore une fois, est-ce sur le plan physique ou dans la tête ? Il va falloir réagir."

Rédigé par Christian Detroz le Samedi 17 Juillet 2010 à 18:18