La Belgique au championnat du monde U17 en France - Toulouse - 16 au 25 juillet 2010

La victoire belge face au Japon aura encore marqué les esprits. De par la manière, de par la maestria affichée par une formation belge qualifiée pour le top 4 du championnat du monde. "La Belgique joue de plus en plus juste", constate Gérard Beurlet, notre consultant sur ce Mondial. Place à présent à la France pour une place en finale.


Gérard Beurlet: 'on joue de plus en plus juste'
"Ce fut une première mi-temps impressionnante, avec un basket de rêve. Et la deuxième mi-temps a été, à peu de choses près, dans le même ordre d'idée. On a repris après la pause aussi sérieusement en défense et avec un jeu aussi organisé en attaque. Daniel Goethals a eu en outre le bon goût de faire tourner son banc pour ne pas user Julie Vanloo et Emma Meesseman. Il a joué avec son banc pour reposer deux de ses cadres, ce qui n'a empêché ni Julie ni Emma de sortir des stats mirobolantes. Julie met 21 pts en 20 minutes pour 17 d'évaluation et Emma s'offre 38 d'évaluation avec 23 pts et 13 rbds en 20 minutes de jeu."

"Mais ce qui fut remarquable dans ce quart de finale, comme dans d'autres matches dans ce Mondial, c'est le formidable jeu d'équipe (avec un 106 d'évaluation !). Toutes les autres parviennent à monter leur niveau de jeu. On connait désormais les apports de Sien Devliegher et Lien Delmulle dans le travail dans l'ombre, efficaces s'il en est car elles ne commettent que très peu d'erreurs. Antonia Delaere et Heleen Adams sont toujours là et confirment tout le bien que l'on peut penser d'elles depuis le début du Mondial. Et désormais, à chaque match, il y a une 'découverte'. Cette fois avec Hatti, elle a fait un super match".

"On attendait le Japon à 3pts. Les Japonaises n'ont réussi qu'un 3/20, la faute aussi à notre défense ! Et la Belgique fait un 8/20 dans le même exercice. Cela démontre aussi que nous pouvons varier notre jeu, une fois à l'intérieur, une fois à l'extérieur, une fois en pénétration. Ce qui rend la tâche de défendre contre nous difficile, ce que le coach japonais a reconnu en conférence de presse. On joue de plus en plus juste. Avec un pourcentage de réussite à 51% au total, et à 40 % à 3pts, c'est un pourcentage exceptionnel. Le Japon a e un peu déçu, mais, je le répète, notre défense y est pour beaucoup. Les Japonaises pratiquent un jeu assez naïf, fait de pénétrations, qui leur a rapporté 28 lancers (pour 21 convertis).

Toutes les meileures équipes sont à présent réunies sur Toulouse et - avec cette victoire - nous avons gagné le respect de tout le monde. On nous respectait en Europe, on nous connaît désormais en dehors des frontières européennes, en Chine, en Australie, au Japon, partout dans le monde !

Rédigé par Christian Detroz le Vendredi 23 Juillet 2010 à 20:33