Accueil
Envoyer à un ami
Partager
National Team

La Belgique à l'Euro-2017, achever le travail en Pologne mercredi !

Les Belgian Cats s'imposent 67-61 face à la Bélarusse


La Belgique s'est imposée 67 à 61 face à la Bélarusse pour entrer (presque) de plein pied à l'Euro l'an prochain en Tchèquie. Il faut certes encore aux filles de Philip Mestdagh valider leur qualification mercredi en Pologne, mais il faudrait une catastrophe pour ne retrouver un championnat d'Europe, dix ans après.



En s’imposant face à la Bélarusse samedi, la Belgique s’est ouvert toute grande la porte de l’Euro-2017. Mathématiquement, les Belgian Cats n’ont pas encore franchi le perron, mais il faudrait une défaite de 32 points en Pologne mercredi pour que cette porte se referme brutalement sur leur nez.

Avec cette victoire 67 à 61, les filles de Philip Mestdagh ont sans aucun doute fait le plus dur face à une formation bélarusse certes remaniée par les absences et les blessées autour de son nouveau coach Natalia Trafimava, mais qui aura démontré que l'expérience du haut niveau est irremplaçable.

Reste qu’avec un deuxième succès en trois rencontres, et un average plus que positif, la Belgique est passée en tête de son groupe et s’est rapprochée tout près à présent d’une participation à la phase finale d’un championnat d’Europe, ce qu’elle n’avait plus réussi depuis 2007 avec l’épisode Laurent Buffard à Chieti, en Italie.

Les larmes d'Emma Meesseman

Il s’agira à présent d’aller valider en Pologne son billet pour la Tchéquie, du 16 au 25 juin 2017 pour une génération en or, articulée autour d’Emma Meesseman et Ann Wauters, mais où les dix joueuses qui sont montées au jeu samedi ont apporté leur lot de bonus.

Les blessures successives de Sofie Hendrickx d’abord et de Noémie Mayombo ensuite n’ont pas miné le noyau des Belgian Cats qui outre le talent de ses joueuses cadres peut aussi compter sur celui de son banc, Julie Allemand, Jana Raman, Hanne Mestdagh et Kyara Linskens en ont été les meilleures preuves samedi par exemple. Une profondeur qui laisse place à un bel optimisme pour les prochaines années. Entre l’excès de confiance et être sûr de soi, la limite est parfois floue, elle n’est pas été franchie samedi. Le bras de fer a en effet fini par pencher en faveur des filles de Philip Mestdagh. Une fois, aussi, que les jeunes Belges ont compris qu'il ne fallait ajouter d'agressivité, aussi sportive soit-elle, mais nécessaire au succès final. L'on aura vu deux joueuses belges en même temps ramasser une Bélarusse au sol, et il a fallu voir deux fois Ann Wauters à terre à la fin du troisième quart temps pour que sonne la révolte. "La culture de la gagne impose de la gagne impose que l'on marche sur l'autre", a toujours martelé Laurent Buffard, le dernier coach à avoir mené la Belgique à l'Euro. Bienvenue chez les grands !

Kim Mestdagh, promue capitaine en l'absence de Sofie Hendrickx, a montré l'exemple avec 17 unités à son actif. Malgré la fatigue d'une longue année, Ann Wauters et Emma Meesseman ont ajouté respectivement 10 et 11 unités. Submergée par l'émotion, Emma Meesseman a même laissé échapper quelques larmes au coup de sifflet de final, soutenue par un pan de tribune entier. La formation de Philip Mestdagh aura distillé 21 assists (dont 7 pour Marjorie Carpeaux), preuve que le collectif est bel et bien l'arme fatale de ces Belgian Cats.

Belgium - Belarus 67 - 61
BOX SCORE

Quelques instantanés de la rencontre



Dimanche 20 Novembre 2016




Follow us also on
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram