National Team

Euro-2015 – L'émotion et la passion d'Azania Stewart, la Grande-Bretagne craint pour son avenir

Les matches des Britanniques sur la BBC



Séquence prenante avec Azania Stewart sur la BBC samedi qui parle de son équipe nationale, de la Grande-Bretagne. Pour elle, l'enjeu de l'Euro est énorme. Vital. Si les Britanniques ne terminent pas dans le top 6, c'en est fini du basket féminin en Grande-Bretagne, craint-elle.



La Grande-Bretagne va disputer la phase finale de l'Euro pour la troisième fois de son histoire. Obligée de faire ses preuves pour pouvoir participer aux jeux Olympiques de Londres en 2012, chez elles, les Britanniques avaient du prester à l'Euro-2011 (11e !), elles avaient confirmé qu'elles avaient bien mérité leur place aux JO en se classant 10e de l'Euro-2013 en France (9e !), mais la tuile s'était abattue ensuite sur la tête du basket féminin anglais. Les robinets des subsides du Comité olympique britannique s'était en effet coupé. Le basket féminin n'entrait pas en ligne de compte dans la liste des sports soutenus sur la route de Rio de Janeiro et les prochains jeux Olympiques en 2016. Qu'à cela ne tienne, la Grande-Bretagne s'est solidarisée comme jamais outre-manche, pour sauver le basket féminin britannique, car c'est bien de cela qu'il s'agit. Dans le groupe de la Belgique l'on s'en souvient, la Grande-Bretagne avait arraché une fois encore son billet pour la phase finale de l'Euro qu'elle va disputer en Hongrie et en Roumanie.

Les Britanniques figurent dans un groupe ultra-relevé avec la Russie, la Serbie, la Croatie et la Lettonie d'Ainars Zvirgzdins et Anete Steinberga (ex-Castors Braine). Le parcours sera suivi – c'est exceptionnel outre-Manche aussi – par la BBC.

Azania Stewart - que Kim Mestdagh (ex-Castors Braine) a connu lors de son passage à Zamora - s'est confiée notamment pour un reportage diffusé samedi sur les ondes anglaises. Une séquence émotion qui traduit toute la passion et la fierté de porter le maillot de l'équipe nationale. Azania Stewart craint en effet que si la Grande-Bretagne ne termine pas dans le top 6 à l'Euro, c'en est finit du basket féminin britannique. Un nouveau “do or die” en quelque sorte.

A voir ici

Christian Detroz
22/05/2015